Hors de portée

Depuis quelques temps, je me suis remise à la lecture. J’adore lire. Mais pendant un bon moment je n’en ai pas pris le temps. Et clairement, pendant mes années de fac j’en ai bouffé du livre … (j’en frissonne encore de m’imaginer ces listes interminables de bouquins d’œuvres, soit disant « obligatoires ». Mon œil ouais). Donc maintenant que mon emploi du temps se libère (merci bien Pôle) et que j’ai le pouvoir de choisir moi-même (Ô joie!), je peux me remettre à la lecture.

Récemment, j’ai lu la Trilogie de « 50 Nuances« . Et je dois reconnaître que j’ai pas mal apprécié. Bien que le tome 2 m’ait un peu déçue. Mis à part ça, c’était plutôt sympa et ça m’a bien changé de Marx, Weber, Bourdieu, et j’en passe.

Après avoir fini ces bouquins, je me suis penchée un peu plus sur le « marché littéraire », histoire de voir ce qu’il se passait et me mettre à la page (oui quatre ans à crouler sous les bouquins de théorie, de Sociologie et autre n’ont pas aidé). J’ai repéré pas mal de livres sur le même thème. Et je me suis dis : « lance toi, on sait jamais« .

J’ai donc commencé le livre « Hors de portée« . Euh comment dire? Les 20-30 premières pages je me suis dis : « WTF ? On nous prend pour des abrutis? ». C’est exactement, presque mot pour mot, les mêmes descriptions que « 50 Nuances« , mais en mode ado-gentillet.

DSCN0428

Bon ok. On ne juge pas un livre au bout de 20 pages. J’ai pris mon courage à deux mains et j’ai continué. Je l’ai même terminé (Yay moi!). Et finalement, il s’est avéré qu’il était pas mal du tout. Ok, ce n’est certainement pas de la grande littérature, il faut le reconnaître. Mais, j’aime bien, de temps en temps, lire des trucs pas intelligent. J’avoue tout, lynchez-moi!

En gros, c’est l’histoire d’une décoratrice d’intérieur qui revient, après de longues années, dans la maison de sa défunte mère. Elle n’est pas du genre longue relation et prend vite la fuite avec les hommes. Pourtant, un jour, elle va rencontrer un homme qui ne lui est pas si étranger qu’elle pourrait le penser. De là, va découler tout un flot de souvenirs qu’elle pensait enfouir au fond d’elle pour toujours. Mais elle va devoir affronter son passé et les gens qui en ont fait partie.

Ce qui m’a dérangé, c’est le fait que les descriptions de l’homme en question et de leurs ébats sont très similaires à la trilogie qui fait un tabac. Mais, ce que j’ai assez apprécié, c’est l’humour qu’il peut y avoir dedans. Beaucoup plus que dans « 50 Nuances« , si je peux me permettre de faire la comparaison. C’était plus divertissant, et j’aime le personnage principal qui est beaucoup plus proche de moi que truc muche de « 50 Nuances » (Anastasia?), un peu trop potiche à mon goût.

En gros, tout ce blabla pour dire qu’il est assez sympatoche. Oui c’est le mot, sympatoche. A vous d’en juger si vous en avez l’occasion.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s