It’s over

Aujourd’hui, je suis là pour pousser un coup de gueulante. Ça fait un petit moment que j’ai appris qu’une des séries que j’aimais était A-NNU-LEE! Encore! Et c’est là que j’ai fais un topo dans ma tête et que je me suis rendue compte que plusieurs séries, plutôt pas mal foutues et que j’aimais, avaient été annulées. Je vous concocte donc un petit article qui en regroupe 4 (possibilité de nouveaux articles sur le sujet étant donné le nombre de série qu’ils arrêtent de diffuser, merci les stats d’audience). Je sais que c’est nul de regarder des séries qui n’ont pas de fin, mais si ça vous tente vous pouvez toujours y jeter un coup d’œil.

Tout d’abord, j’aimerais commencer par la série qui m’a amené à faire cet article. Histoire de lui rendre hommage et de la « remercier » (c’est un bien grand mot, parce qu’actuellement j’ai un peu les boules) de m’avoir fait penser à toutes les autres.

Cette série c’est : Bad Judge. Complètement drôle, complètement barge, complètement fraîche. C’est ma sœur qui me l’a fait découvrir et je ne regrette pas. Bon, qu’on se le dise, ce n’est pas très intelligent, ni avec un scénario de malade hyper recherché. Mais c’est un bon divertissement, en format 20min, qui fait du bien, où on ne réfléchit pas et qui fait passer un bon moment. En plus de ça c’est avec l’actrice Kate Walsh (Addison dans Grey’s Anatomy) dans le rôle principal et Ryan Hansen (Dick Casablancas dans Veronica Mars) dans le rôle de Gary, son ami/bootycall/petit ami.

C’est tout simplement l’histoire de Rebecca (Kate Walsh), juge de la Cour Pénale de Los Angeles et célibataire indécrottable. Comportements loufoques, humour bien tranchant et une franchise à toute épreuves font d’elle le centre du tribunal. La série tourne autour de sa vie décalée et loin d’être un long fleuve tranquille ainsi que de ses amis, travaillant aussi dans le même tribunal.

Il n’y a eu qu’une seule saison malheureusement. Je me doute bien que cette série ne serait pas allée bien loin, mais je ne m’attendais tout de même pas à ce qu’elle soit arrêtée aussi tôt que ça.

bad-judge-titlezap-bad-judge-series-premiere-pilot-photos-201-002

Nous allons continuer notre deuil avec The Carrie Diaries. Tout était là pour que ça marche, et pourtant … Cette série c’était les prémices de Sex and the city. Elle nous montrait comment Carrie Bradshaw était devenue Carrie Bradshaw. Très folklo, avec des fringues des années 80 hyper kitsch, cette série était plutôt sympathique et haute en couleur. Un peu culcul pompon mais assez sympa tout de même. Malgré deux trois trucs qui s’avéraient différents entre les deux séries (surtout niveau familial), elle collait plutôt bien à sa grande sœur Sex and the city. Le personnage jouant Carrie (AnnaSophia Robb) était très ressemblant: mêmes mimiques, postures, etc. Je ne sais pas, j’avais tout simplement bien accroché, surtout que dès la saison 2 on a pu voir et apprendre à connaître la jeune, et loufoque, Samantha Jones.

Bref, ils ont arrêté la série, et ça m’a rendue un peu triste … Maintenant que Sex and the city, mon GRAAL (oui j’ai du me taper environ une dizaine de fois chaque épisode), était fini, ça faisait du bien de voir la série de retour sous une toute nouvelle forme.

mzl.ufoihcnbTHE CARRIE DIARIES

Next : Emily Owens M.D. Cette série, je l’ai tout simplement adoré. Ok, des histoires de docteurs et de coucheries dans un hôpital, ça va, on a eu notre dose avec Grey’s Anatomy (on tient le bon bout, saison 11, on devrait en voir la fin un jour). Mais là c’était un peu différent. Je sais pas. La façon de filmer, le fait que le personnage principal soit un peu plus gauche et qu’il y ait moins de personnages secondaires. Bon clairement, pas la peine de vous faire un topo de 1000 mots là dessus. C’était tout simplement la version High School d’un hôpital. Heureuse de faire partie du monde des grands à la fin de son internat, Emily Owens se rend finalement compte que c’est tout simplement le copier coller du lycée en version adulte. Même histoires, mêmes potins et mêmes castes que des années auparavant : les sportifs sont devenus des chirurgiens orthopédistes, les pestes sont en chirurgie plastique, les rebelles sont aux Urgences et cauchemar parmi tous les cauchemars, Cassandra Kopelson, qui lui a mené la vie dure au lycée est de retour.

Cette série s’annonçait plutôt bien partie, et j’ai adoré la première (et dernière du coup) saison. Triste vie …

20653184.jpg-rx_640_256-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

THE CW UPFRONTS 2012

Last but not least : The Lying Game. Quand cette série a commencé c’était la première, ou au moins l’une des premières, a traité du sujet des jumelles séparées à la naissance. Et c’était plutôt réussi. En gros, pour vous situer l’histoire : c’est l’histoire de deux sœurs séparées à la naissance. L’une vivant dans une famille de gros bourges et l’autre dans une famille très modeste (jusque là rien de très original et plutôt stéréotypé). Un jour, celle ayant une vie plutôt easy découvre qu’elle a une sœur jumelle et décide de la contacter. N’ayant plus rien qui ne la retienne, Emma (celle de la famille merdique) décide de s’enfuir et de rejoindre sa sœur Sutton. C’est à ce moment là que les deux filles décident de partir à la recherche de leur mère pour qu’elles puissent enfin comprendre leur histoire. Pour ne pas éveiller de soupçons, Sutton part à la recherche de leur mère biologique et Emma va prendre sa place. Elle va alors découvrir ce que c’est que la vie de famille. Pourtant rien est simple : rivalités entre sœurs, amourette sur amourette, histoires cachées, secrets et bien plus encore. Et tout ça, sur fond de défilé de mode (dès le premier épisode on voit le dressing de Sutton, et là on a juste l’impression d’arriver au paradis. Oui la vie est injuste).

Cette série était un peu basée sur le style de Pretty Little Liars, pour ceux qui connaissent (euh, qui ne connait pas, j’ai envie de dire). Mais ce qui était « mieux », si je peux dire, c’est qu’on avait des réponses aux questions qu’on se posait, contrairement à PLL où, au bout de 96 épisodes (merci Allociné) on comprend toujours que dalle et on ne sait plus où on en est (bien que j’adore cette série, mais c’est tellement frustrant, avouons le).

Le point positif de cette série, malgré tout, c’est qu’à la fin des deux saisons, même s’il aurait du y avoir une suite, on a tout de même une fin digne de ce nom. Les plus gros secrets ont été révélés. Du coup, ça peut être sympa pour vous de la regarder étant donné qu’il y a une trentaine d’épisode et une véritable fin.

320_original18iqyv

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s