New York City – Les casseroles

Durant notre voyage à New York, on a eu droit à deux-trois situations qui nous ont marquées. Mais finalement, on a préféré en rire et c’est ça qui a fait notre voyage quelque chose de mémorable. Je viens donc aujourd’hui vous conter nos aventures WTF de ce voyage.

Le voyage

Commençons par le commencement : le voyage en lui-même pour arriver à New York. On a du prendre l’avion à Saint Louis et donc une navette pour faire Columbia – Saint Louis. Mis à part le conducteur qui prend 5min pour aller payer son loyer avec des liasses de billets de deux, rien à signaler. C’est une fois arriver à l’aéroport que les galères ont commencé. Tout d’abord, pour ne pas changer, l’organisation merdique des américains. Comment vous dire qu’on a du faire des allers retours entre 7 compagnies pour enfin trouver avec laquelle on partait et pour avoir nos billets.

Allez comprendre ce qu’il s’est passé : on part avec une compagnie mais avec un avion d’une autre. La compagnie avec qui on vole n’est pas ouverte, nous devons donc aller à la compagnie Delta pour retirer nos billets. Mais finalement ils nous renvoient vers une autre compagnie qui pourront nous retirer nos billets. Étant donné qu’il n’y avait personne à celle-ci, nous avons du aller sur les ordinateurs d’une autre compagnie pour pouvoir retirer les billets. Alléluia !

On arrive à la porte d’embarquement, 10min plus tard, nôtre vol n’apparait plus sur les écrans généraux ni celui qui se trouve devant la porte. Ma sœur va demander à la nana de notre porte qui elle même n’arrive pas à faire afficher la destination sur l’écran, bref la misère. Mais on est au bon endroit . Entre temps un couple avec un bébé de quelques semaines/mois débarquent. Adorant les enfants (ironie), on se dit que c’est forcément pour nous. Et bingo! On rentre dans l’avion de Polly pocket où il y a genre 50cm qui nous sépare des autres fauteuils et là bim le couple au bébé. On a eu le droit au sein à l’air pour lui donner à manger pendant que le Stuart lui servait un jus de pomme pendant la moitié du trajet. Ainsi que le père qui se trémousse devant moi pour faire taire son fils. Nice!

e71ebc217063c4bc54a46851ee78cee9

L’hôtel

Arrivées à l’hôtel, bonne surprise! Niveau style et propreté c’était vraiment niquel. Le gérant est super gentil. Il a pris le temps de tout nous expliquer pour aller à New York (nous étions dans le New Jersey). Après tout le petit blabla, on monte dans notre chambre qui a un code pour déverrouiller la porte (il nous a d’ailleurs donné du fil à retordre dès le second soir. Bloquées devant la porte comme deux débiles, les bras chargés de bouffe et mortes de fatigue après avoir marché je ne sais combien de kilomètres). On rentre dans la chambre. Très minimaliste. C’est le cas de le dire, un lit superposé, un chiotte, un demi lavabo et une douche. Point. Même pas une chaise pour mettre toutes nos affaires. Autant vous dire que ça a vite été le bordel dans la chambre. Nous avons donc mangé par terre, comme deux sauvages, pendant quatre jours. Après des journées éreintantes, ce n’est pas forcément le meilleur, mais bon. Soit.

C’est ensuite qu’on s’est rendue compte de deux trois détails pas très plaisants. Premier soir, on se couche, complètement morte et là … On entend nos voisins, copuler comme des bêtes pendant plus d’une heure. A l’oreille, ils ont du essayer toutes les positions du kamasutra. Pour vous dire, on entendait les cris/gémissements, les souffles, les accélérations, le lit qui grince, et je vous en passe d’autres. (Bien évidemment, ils ont remis ça mais plutôt le matin, histoire de bien récupérer de leur nuit d’avant).

I-SEE-WHAT-YOU-DID-THERE_HOLYSHIT

Ensuite, nous avons eu droit à d’autres joyeusetés telle que des bouts de plafond qui s’écroulent, le lit qui grince dès que tu remues un orteil, etc. Ils ont eu la gentillesse de nous donner des serviettes ( -Oui oui c’est possible de vous en prêter pour le séjour. Vous en voulez combien ? -Euh bah je sais pas 4 -4 ?!?!?! -Bah une pour les cheveux et une pour le corps, et on est deux -Ah nan nan c’est pas possible. On va vous en donnez deux. POURQUOI POSER LA QUESTION??) Autant préciser qu’une seul serviette, de la taille d’un mouchoir qui plus est, ça complique les choses. Et encore, si ce n’était que ça … Mais nous avons eu la grande chance d’avoir des douches très … Épiques! Oui, le tiède n’existe pas. Donc soit tu te pèles le cul sous de l’eau gelée (genre pas froide mais style on te balance un sot de glaçons fondus) ou brûlante et tu ressors en mode crevette. Si c’était que l’un ou que l’autre on aurait pu s’y habituer. Mais non, ils aiment être sadique. La chaleur s’alternait toutes les 30sec environ. L’avantage c’est que grâce aux douches gelées on a eu le poil brillant pendant quatre jours et la peau ferme.

Notre tronche à chaque changement de température

Notre tronche à chaque changement de température

La nourriture

Niveau nourriture on a eu quelques petites surprises. Certes c’était bon mais … Cher. Ce qui nous as le plus fait mal, je pense, c’était un sandwich. Bon, on avait couru partout toute la journée, on devait bien se nourrir à un moment donné. Et comme on avait genre 10min pour chopper le dernier bus qui allait nous ramener chez nous, on est rentrée dans le premier truc qu’on a vu dans Port Authority (Immense centre où on y trouve la gare routière ainsi que les métros pour rentrer et sortir de New York. Tellement immense qu’on n’est jamais arrivée deux fois au même endroit en quatre jours (aller et retour) et qu’on a jamais retrouvé le stand de smoothies du premier jour). Bref. On est donc rentrée dans un truc qui rassemblait des salades, des sandwichs, des gâteaux etc. Aucun prix d’affichés, on avait pas le temps, donc on prend les deux premiers sandwichs qui nous avaient l’air le plus potable. Et là, on arrive à la caisse et la nana, sans broncher, nous sort : Ça fera 18$. Je dois vous avouer que ça nous a fait un peu mal surtout pour un truc genre jambon-beurre. Ça va qu’ils étaient bon parce que vu le prix …

aysu72

Sens de l’orientation

Ahhh nous et nôtre sens de l’orientation, toute une histoire. Bon déjà, je passe rapidement la petite anecdote où on a voulu prendre le métro E local. N’arrivant jamais, on a eu la bonne idée de prendre l’Express (il ne s’arrête pas à tous les arrêts, d’où son nom). Et là, on sort. Et on a atterri à Harlem. Clairement flippant. Des rats sur les voies ferrées, des gens louchent, la moitié du plafond qui fuit et qui perd toute la peinture. Bref glauque.

En dehors de ça, un soir on en pouvait plus, on avait marché comme des tarées toute la journée. On avait qu’une envie rentrer. Ayant un peu de temps devant nous (le dernier bus partant à 11h), on a eu la bonne idée d’aller faire du shopping sur Times Square, comme prévu initialement, étant donné que Port Authority est genre juste à côté (à un ou deux blocs prêt). Arrivée vers l’heure fatidique, on a commencé à marcher en direction du croisement de la 8e et de la 42e. On marche. Vite. Et là, on se rend compte (enfin on croit) qu’on ne va pas dans le bon sens (ayant en tête le croisement de la 5e et de la 42e), trois blocs plus tard. On regarde l’heure, plus que 20min. On fait demi-tour, on se magne le cul et là, on fait le tour de tout le bloc. Impossible de trouver le bâtiment. Sachant qu’il n’est pas riquiqui. On se dit hé merde, on était du bon côté tout à l’heure. On commence à faire demi tour. Plus que 10min. Et là, pas le choix, on va devoir courir (sac à main, appareil photo, sacs de shopping et sac Burger King avec nos salades dedans). Courir dans Times Square, à 11h du soir, un samedi, autant vous dire que c’était sportif. On a crié (en français bien entendu) POUSSSSSEEEZZZZ VOOOUUUUSSS !! Les gens avaient tellement pitié qu’à la fin c’est eux qui s’excusaient alors qu’on les boulait. (Pause à un feu rouge, je regarde ma sœur : -T’as un beau teint comme ça, tu devrais courir plus souvent!)

Nôtre brushing après avoir couru

Nôtre brushing après avoir couru

Enfin, on arrive à Port Authority. On va porte 200 (le gérant de l’hôtel : -Vous verrez c’est simple, vôtre bus part toujours de la porte 200). On arrive devant, et là, petite pancarte : –Le bus a changé de porte d’embarquement, Veuillez vous rendre à la 315 (soit un étage plus haut). On court comme des tarées dans les escaliers. Chargées comme des ânes. On arrive, en sueur, devant la porte et finalement, on avait 10min d’avance. Autant vous dire qu’on s’en souviendra de ce voyage. Heureusement, on a su prendre tout ça du bon côté et on en a énormément ri.

funny_giraffe_picture_23

Voilà le dernier post sur New York. Ce voyage a été absolument génial. Beaucoup de choses à voir, à faire et énormément de fous rires. Je pense que je m’en souviendrais jusqu’à la fin de ma vie (et mon banquier aussi par la même occasion). J’ai tout simplement adoré. Si vous avez la possibilité d’y aller, n’hésitez pas. C’est à faire une fois dans sa vie. J’espère que vous avez apprécié ces petites anecdotes.

Une réflexion sur “New York City – Les casseroles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s