Flesh and bone

Avide de séries en tout genre, je suis tombée par hasard sur « Flesh and Bone », série qui aborde le sujet de la danse classique sans aucun tabou. Je suis tout simplement tombée sous le charme de cette série pas comme les autres.

Je ne sais pas pour vous, mais, personnellement, j’ai toujours été une grande fan des séries sur la danse (oui, j’ai du regarder environ 30 fois chaque épisode de Un, Dos, Tres, et je l’assume pleinement), ainsi que tous les films qui ont pu sortir avec des histoires mêlant amour un peu gnangnan et danse  (en commençant avec « Save the last dance », le premier film du genre que j’ai du voir). Obligatoirement, je me devais de voir ce que « Flesh and bone » avait dans le ventre.

deuxieme-poster-de-flesh-and-bone

Bon, je pense qu’il faut d’abord vous avertir sur le fait que chaque épisode doit faire dans les 60min. Autant dire que ça m’a un peu refroidie. Finalement, on a l’impression de voir un mini film à chaque fois, et ce n’est pas si gênant que ça. Faut juste trouver du temps pour.

Je pense qu’il faut également préciser qu’il ne faut pas vous attendre à rire comme une baleine durant les épisodes. On est loin, très loin, du type « Un, Dos, Tres », « Sexy dance », et tout le tintouin. Cette série est beaucoup plus profonde que tout ça. Beaucoup plus dramatique et vraie. Pour faire une comparaison, c’est plus le type torturé de « Black Swan ».

Perso, j’aime beaucoup. On voit le monde de la danse classique, mais de l’autre côté du rideau. Blessures, fatigue, compétition, drogue, sexe, jalousie, ténacité et j’en passe. Un peu un monde de warrior pour ceux qui survivent.

On voit notamment le côté guerrier et badass du show avec un petit détail à chaque début d’épisode. En effet, avant de voir les premières images, on a l’occasion de voir le titre de l’épisode qui correspond à un terme de guerre. Petit bonus, on a la définition qui va avec.

On comprend bien que les personnages font face à des vies loin d’être jolie jolie. Et plus particulièrement, le personnage principal Claire.

flesh-and-bone

On voit l’envers du décor avec un monde impitoyable où pour réussir il faut être prêt à tout. Absolument tout. Quitte à laisser sa dignité de côté. Tout le côté tragique et dramatique donne une toute autre dimension à cette série. C’est un style que j’ai encore très peu vu, voir pas du tout. Chaque personnage doit gérer un certain nombre de problème, et c’est ce qui les rend si vrais.

Même si le côté « Bambi«  du personnage principal peut être un peu énervant à certains moment, on arrive tout de même à s’attacher à elle. On a même un peu de peine pour elle quand on voit comment son boss lui prête une attention toute particulière : tantôt tyrannique, tantôt nympho.

flesh-and-bone-hay-daniels

Je recommande vivement cette série, tout simplement parce qu’elle n’est pas comme les autres. Elle nous permet de voir au delà de la beauté de la danse et du côté glamour qu’on veut à tout prix nous faire croire. A tous les fans de danse, je vous conseil de regarder ne serait-ce qu’un épisode.

2 réflexions sur “Flesh and bone

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s